Immobilier et coronavirus : taux et prix en hausse, ventes et achats en baisse.

Dans ce contexte de risques, l’accroissement des taux immobiliers et des tarifs des biens est logique, de même que la baisse du nombre de ventes. Les conditions d’achat d’une maison ou d’un appartement vont-elles évoluer ? Résumé des faits et perspectives d’avenir !

Premier semestre 2020 : état des lieux du marché immobilier

 

Si la remontée des taux immobiliers a débuté en fin d’année 2019, mettant fin à une année de taux historiquement bas, elle a été relativement lente et modérée (0,03 point en moyenne entre octobre 2019 et mars 2020*). On constate que l’arrivée du Coronavirus n’a pas modifié la tendance. En effet, entre le début et la fin du confinement, la plupart des taux de crédit ont augmenté de 1,74 %*.

De nombreux ménages modestes se sont vus écartés du marché immobilier, ne remplissant plus les conditions pour se voir octroyer un prêt immobilier. En effet, les banques, suivant les injonctions de la Banque de France (BDF), ont restreint leurs conditions d’octroi dès la fin 2019. Début 2020, ces mesures expliquaient la forte baisse des crédits accordés, mais la crise du Covid n’a rien arrangé : on observe, en avril 2020, une diminution du nombre d’emprunts accordés de 40 % par rapport à avril 2019*.

Le coronavirus a aussi un impact sur les prix des biens immobiliers : l’augmentation du coût moyen des transactions, en mars 2020, de plus de 5,4 % sur un an, par rapport à mars 2019 (contre 3,3 % en mars 2019, par rapport à mars 2018)** le montre bien. Il faut toutefois relever que cette hausse concerne surtout les biens situés en agglomération, et qu’elle est vouée à évoluer.

Associée à l’augmentation des taux et des prix de vente ainsi qu’au durcissement des conditions d’octroi, la crise du Covid-19 a provoqué un blocage du marché immobilier, et donc un recul important du nombre de ventes réalisées au premier semestre 2020.

* Source : Observatoire Crédit Logement CSA

** Source : baromètre LPI SeLoger

Marché immobilier à la suite du coronavirus : à quoi s’attendre ?

 

L’évolution des prix dépendra de la vitesse de la reprise économique. Si cette dernière est amorcée rapidement, on peut envisager une stabilisation des prix. Si la reprise est lente, et que peu de transactions sont effectuées, la situation financière et l’attentisme des acquéreurs pourraient faire baisser les prix.

Les banques vont jouer un grand rôle dans la reprise du marché immobilier. On peut envisager que la BCE et la BDF revoient leurs dispositions quant au durcissement des critères d’octroi, permettant ainsi à de nombreux acquéreurs d’accéder au crédit immobilier et de participer à la relance du marché.

Dans tous les cas, un grand nombre de français vont modifier leurs plans. On peut avancer que de nombreux investisseurs vont reporter leurs projets, voire procéder à des désinvestissements, en vendant un logement locatif  en fin de période d’abattement fiscal, par exemple. De même, il est envisageable que de nombreux particuliers financièrement fragilisés par la crise accélèrent la vente d’une résidence secondaire lourdement taxée…

Enfin, on pourrait aussi assister, ces prochains mois, à une migration des citadins dans des zones moins tendues. En effet, la peur de subir d’autres périodes de confinement, l’espoir de prix plus abordables ou encore la généralisation du télétravail peuvent pousser certains Français à se décentraliser, ce qui revitaliserait des secteurs géographiques peu dynamiques tout en réduisant les tensions immobilières dans les agglomérations.

En quelques clics, obtenez une estimation gratuite de votre bien immobilier (maison ou appartement) avec notre outil d'estimation immobilière en ligne . Profitez-en, c'est un outil complètement gratuit !.


© Uni-Médias– Mai 2020
Article à caractère informatif et publicitaire.
Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité de Crédit Agricole Immobilier ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel.

© Uni-Médias– Mai 2020
Article à caractère informatif et publicitaire.
Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité de Crédit Agricole Immobilier ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel.