La Conciergerie Solidaire de l'écoquartier Woodi, l'histoire d'un quartier inclusif

Grâce à Woodi, Julie Wilu connaît un nouveau départ de sa vie professionnelle

« Je suis née au Congo et je suis arrivée en France après mes études supérieures. J’ai eu du mal à décrocher un emploi dans ma spécialité, la comptabilité - au Congo, le système comptable étudié était celui de la Belgique ! J’ai tenté de passer des équivalences en suivant des stages organisés par l'éducation nationale mais sans grand succès.

J’ai fait pas mal de petits boulots, avant de me consacrer à mes enfants. J’ai attendu qu’ils sortent de l’adolescence pour retenter une carrière professionnelle. J’ai notamment vendu sur les marchés des plats inspirés de la cuisine congolaise, préparés sur place. Mais l’odeur et la fumée de la viande grillée n’étaient pas très compatibles avec l’environnement des autres stands !

Des services et surtout des valeurs et des liens avec les habitants

J’ai dû mettre ce projet en pause et me suis rapprochée de l’association Travail Entraide dans l’espoir de trouver un emploi en Seine-et-Marne. Ma référente m’a transmis une offre de la Conciergerie Solidaire de Woodi. Avant le premier entretien d’embauche, j’imaginais que je serai gardienne d’immeuble ! C’est en fait très di érent : depuis que je suis entrée en poste en septembre 2020, j’apprécie la variété des missions qui me sont confiées, le contact avec les résidents, le cadre de ce nouveau quartier et sa philosophie.

Cette expérience est enrichissante et me motive pour la réalisation de mon futur projet professionnel : l’ouverture
d’un food truck pour vendre mes plats cuisinés. Qui sait, je viendrais peut-être un jour les proposer aux habitants de
Woodi ! »

crédit photos : Lamin Kamara