Les aides au logement

La complexité des conditions d’attribution des aides au logement est parfois difficile à démêler. En théorie, elles sont pourtant ouvertes à tous. Certaines prennent en charge une partie de votre loyer. D’autres garantissent à votre futur bailleur que ses loyers lui seront payés même en cas de défaillance de votre part. Il serait dommage de ne pas en profiter !

Les aides délivrées par la CAF

Si vous payez un loyer et que vos revenus sont modestes, vous pouvez bénéficier d’une des aides de la CAF : l’aide personnalisée au logement (APL), l’allocation de logement familiale (ALF) ou l’allocation de logement sociale (ALS). Ces aides font partis des avantages de la location. L’APL peut concerner tout locataire d’un logement neuf ou ancien. L’ALF peut être attribuée à des personnes en fonction de critères liés au logement (locataire, accédant à la propriété,...) mais aussi selon des critères personnels d'attribution (enfant à charge, jeune ménage, ressources concerne ceux qui ne sont pas éligibles aux APL. En dernier recours, l’ALS s’adresse à ceux qui ne peuvent bénéficier ni de l’APL, ni de l’ALF. L'ALS est attribuée sous conditions de ressources et conformément à certains plafonds variant en fonction de la composition de votre foyer et du lieu de votre logement.

Pour pouvoir prétendre à l’une de ces aides non cumulables, vous devez avoir la charge du logement. Il doit constituer votre résidence principale et remplir certaines conditions de décence, offrir un minimum de confort et respecter les normes de sécurité. En d’autres termes, pas question pour la CAF de vous aider à vivre dans un logement insalubre. L’attribution et le montant des allocations dépendent de plusieurs critères comme vos ressources, votre situation familiale, la nature du logement, votre lieu de résidence ou le montant du loyer.

À côté de ces 3 aides, la CAF délivre une prime de déménagement aux familles qui changent de logement avant que leur troisième, quatrième ou cinquième enfant atteigne l’âge de 2 ans et demandent l’APL dans les 6 mois qui suivent leur emménagement. Depuis le 1er avril 2017, elle s’élève à 978,82 Euros pour une famille de 3 enfants à charge. Comptez ensuite 81,57 Euros par enfant supplémentaire. Pour en bénéficier, vous devrez présenter les justificatifs des frais engagés pour le déménagement.

L’Avance et la Garantie loca-pass

Les exigences des bailleurs sont souvent très élevées. Lorsque que personne ne peut se porter garant pour vous, il est parfois difficile de trouver un logement, même avec un CDI et des fiches de paie à présenter. Pour remédier à ces difficultés, l’Action Logement propose des aides qui ont pour but de faciliter l’accès ou le maintien des salariés, et notamment des jeunes actifs, dans un logement locatif. Si besoin, deux dispositifs sont particulièrement intéressants pour renforcer votre dossier locatif, l’Avance Loca-Pass et la Garantie Loca-Pass.

L’Avance Loca-Pass vous permet d’obtenir un prêt gratuit pour vous aider à financer le dépôt de garantie que vous devrez verser au bailleur le jour de la signature du contrat de location. Cette avance s’élève à 500 Euros maximum, remboursable sur 25 mois avec des mensualités de 20 Euros minimum. Quant à la Garantie Loca-Pass, elle assure à votre bailleur la prise en charge des loyers et des charges en cas d’impayé de votre part, dans une limite de 9 mensualités. CetteElle ne peut excéder 2000 Euros par mois.

Ces dispositifs sont réservés aux salariés du secteur privé et aux jeunes de moins de 30 ans travaillant en CDD depuis au moins 3 mois, boursiers d’État ou bénéficiant d’une convention de stage d’au moins 3 mois. Pour déposer votre dossier et obtenir davantage de renseignements, adressez-vous à l’antenne de l’Action Logement la plus proche de chez vous. En 2015, plus de 500 000 aides ont été accordées. Elles ont parfois permis de débloquer des situations inextricables, n’hésitez donc pas à y recourir !

Autres aides et subventions particulières

La Garantie Visale est un dispositif gratuit réservé aux jeunes jusqu’à 30 ans et au plus de 30 ans ne bénéficiant pas encore d’un CDI confirmé. Elle permet à des populations sans soutien familial d’accéder plus facilement à la location en se substituant au garant. Pendant les trois premières années du bail et en cas de difficulté du locataire, elle peut prendre en charge jusqu’à 36 loyers impayés, charges comprises, dans une limite de 1500 Euros par mois à Paris et 1300 Euros par mois pour le reste de la France.

L’aide Mobili-Jeune s’adresse aux locataires de moins de 30 ans sous contrat d’apprentissage ou de professionnalisation au sein d’une entreprise privée, hors secteur agricole. Elle offre une subvention qui permet d’alléger la quittance de loyer. Le montant de cette aide varie de 10 à 100 euros par mois en fonction des ressources du jeune apprenti. Elle s’étale pendant toute la durée de la formation professionnelle. C’est souvent un coup de pouce bienvenu pour mener son apprentissage dans de meilleures conditions.

Dans un tout autre registre, l’ANAH, l’Agence Nationale de l’Habitat, en collaboration avec l’Action Logement, propose des subventions pour financer des travaux de mises aux normes ou d’accessibilité pour adapter un logement aux personnes handicapées. En revanche, ces subventions seront directement versées au propriétaire du logement car c’est à lui que revient la charge des travaux. Cependant, rien ne vous empêche de suggérer à votre bailleur d’en faire la demande.